FERMETURE DU FORUM pour plus d'explications c'est ICI

Partagez | 
 

 Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
Jamie Wellington
₪ Capitaine du Wimpo-Wimpo


₪ BOUTEILLES À LA MER :
125
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Johnny depp
₪ ALTER EGO :
//
₪ PHRASE FETICHE :
Dead Men Tell No Tales
MessageSujet: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Mer 25 Mai - 1:04


Nothing Else Matters

Mes dernières heures de souvenirs étaient recouvertes d'un voile invisible, embrumé par le bon rhum de la Corne Noire. L'ensemble de mon corps, endolori et courbaturé, protestait ouvertement contre le peu d'heures de sommeil que je lui avais accordé. Je relevais difficilement la tête, elle était bien trop lourde, mais je réussis tout de même à voir l'essentiel. Je me trouvais dans ma cabine, dans mon lit douillet, habillé et sans chaussures ! J'avais fait les choses dans les règles... Il m'est arrivé, pas si souvent qu'on pourrait le croire, de m'écrouler sur le plancher du Wimpo-Wimpo. Le sol avait tendance à tourner, si si, je vous jure que c'est vrai ! Parole de pirate ! C'était lui qui refusait que je rentre dans mes appartements privés. Avoir cette pensée voudrait-il dire que je cherche des excuses pour m'écrouler lamentablement par terre plutôt que dormir dans mon lit ? Depuis ma plus tendre enfance, j'ai toujours été doué pour trouver des excuses ! Et je suis sûr que ça ne vous étonne même pas !

Mes yeux cherchaient encore à s'acclimater à la lumière du jour et mes pensées tentaient de consolider mes derniers souvenirs. J'étais à la taverne, sûrement accompagné de mes hommes, enfin peut-être. J'ai bu, un peu, beaucoup... Énormément. Je n'arrivais pas à me souvenir des détails. J'ai eu la vague impression d'avoir dansé. Ah l'alcool, quand tu nous tiens... Avec une extrême lenteur, je me mis debout, je me suis quand même pris à deux fois pour me relever. C'est d'une manière peu gracieuse qui me permit d'être à nouveau sur mes deux pieds. Mes tempes et ma nuque me faisaient mal. J'étais déséquilibré par de légers vertiges, mais je tenais bon. Je m'adaptais à cet inconvénient, marché plus lentement était la seule bonne chose à faire. Peut-être quand réalité, ce n'était pas moi qui avais un problème, mais le bateau qui bougeait trop ? Depuis quelque temps, c'était la cause officielle de mes vertiges matinaux. C'est étrange, on souffre tous du même mal sur le Wimpo-Wimpo.

Sans de grande conviction, je plongeai mon visage délicat dans la bassine d'eau gelée, rien de tel pour vous revigorer ! Mon bateau était étonnement calme, ce qui m'enchantait, entendre mes hommes beugler alors que j'ai une gueule de bois, non merci. Beaucoup d’entre eux dormaient par terre, le sol avait encore fait des victimes de son addiction au mouvement. Je marchais sur certains d’entre eux, ils ne bougeaient même pas. Un bon capitaine aurait vérifié s'ils n'étaient pas morts, non ? Je l'aurais sûrement fait si je n'avais rien d'important à faire. J'avais une mission à remplir, je devais trouver l'homme à la mémoire. C'était lui qui devait rester sobre, lui qui devait me raconter mes nuits de débauches, me rafraîchir la mémoire en somme. Après quelques minutes de recherche intempestive, à entendre ici, après avoir regardé vainement les cadavres sur le sol, je me décidai d'aller le chercher au dernier endroit où je l'avais vu. C'est-à-dire à la taverne bien sûr !

J'avançais fièrement dans les rues de Tapioca, enfin, c'était mon point de vu, parce que la réalité était toute autre. Je ressemblais à tout ses hommes et femmes qui ramperaient presque sur le sol, titubant et frôlant les murs pour ne pas tomber. J'étais simplement plus discret qu'eux. Une fois à la taverne, je soulevais toutes les têtes qui dormaient sur les tables, mais l'homme à la mémoire ne s'y trouvait pas. Finalement, j'en vins à la conclusion, qu'il était peut-être dans la cale du Wimpo-Wimpo. À ce moment-là, deux possibilités s'offraient à moi, soi je retournais au port, je le trouvais, soi je restais ici, à attendre qu'il daigne venir à moi. Très rapidement, je pris la décision numéro deux. Il va bien finir par venir me chercher ici, non ?

₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________



Si vous arrivez à monter ici, sans utiliser de corde, je pourrais éventuellement envisager qu'on puisse partir en mer ! J'ai bien dit, éventuellement ! © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Joan Sheppard
₪ Tavernière


₪ BOUTEILLES À LA MER :
104
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Katheryn Winnick
₪ PORT D'ANCRAGE :
Tapioca
₪ STATUT SOCIAL :
Tavernière de l'Île, commercante des secrets d'Ivrognes et des rumeurs inventées.
₪ PHRASE FETICHE :
Psst, un secret contre une pièce ?
MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Jeu 26 Mai - 20:49


Nothing Else Matters

Elle ouvrit en grand la porte de la taverne, sous les cris protestateurs des derniers ivrognes affalés sur les tables. Comme tous les matins, elle se chargeait d'aérer la salle et de nettoyer les dernieres traces tenaces d'alcool. Et comme tout les matins, elle devait trainer les pirates et leurs femmes du soir par les pieds pour les faire sortir hors de son commerce. A Tapioca, il n'y avait pas d'heures pour être saoul, c'était un fait. Il n'y avait d'heures pour rien du tout, d'ailleurs. Mais ce n'était seulement qu'en après-midi que commencaient à venir les bardes et musiciens en tout genre ainsi que les prostituées pour plonger les lieux dans une ambiance festive remarquable et ce n'était qu'à partir de là que les langues commencaient à se délier sous les effets du rhum divin que vendait la propriétaire des lieux. Bien qu'elle ne fasse que très rarement le ménage en profondeur, elle n'aimait pas que son lieu de travail ainsi que sa maison sente le vieux chat moisi. Elle balaya en grommelant les bouteilles de verre éclatées sur le plancher, et demanda à Célestin de prendre sa relève tandis qu'elle parti dans la remise chercher du rhum à remettre derrière le comptoir.

La Corne Noire, c'était sa maison. C'était son bébé et son bien le plus précieux. Hormis la chèvre, bien entendu. D'ailleurs, Pognon aussi avait fait les poches des matelots ! Elle avait mangé toutes sortes de choses improbables et d'ordinaire pas vraiment comestibles mais bon, cette bestioe était de toute manière bien différente de toutes les autres ! Vivement qu'elle leur recrache cette foutue clé !

Tandis qu'elle rangeait tranquillement les alcools, un gros bruit sourd la fit sursauter. Boum. Boum. Boum. Puis encore un. Boum. Les sourcils froncés, elle se retourna et un sourire moqueur s'esquissa sur ses lèvres en apercevant le Capitaine Wellington, tanguant de tout son saoul comme une bicoque en pleine tempête, qui se déplaçait tant bien que mal de tables  en tables en cognant la tête des autres victimes alcoolisées,  probablement à la recherche d'un de ses matelots. Il fallait dire que l'équipage du Wimpo-Wimpo constituait l'un de ses meilleurs bénéfice. Comme ils ne partaient presque jamais du port, ils passaient tous pratiquement leurs journées entières à la taverne et Jamie ne faisait pas exception à la règle. Quelque soit l'heure de la journée, il était là. La taverne était comme sa deuxième maison puisqu'il y était toujours fourré et les deux comparses avaient par conséquent grandement sympathisé. Des dix, il était probablement le capitaine avec qui elle s'entendait le mieux et avec lequel elle se permettait le plus de familiarités.

Comme si de rien était, elle sorti de derrière le comptoir et alla à la table vide qu'avait investi Jamie puis s'empara des deux choppes vides qu'elle tappa l'une contre l'autre à côté des oreilles du pirate loufoque. « YOHOOOOO, BONJOUR CAPITAAAAINE ! T'ES BIEN MATINAL APRES C'QUE T'AS AVALÉ HIER SOIR ! » hurla-t-elle bien fort tout en continuant son tintamarre. « T'AS PERDU UN GARS OU QUOI ? » Comme des cymbales, elle continua de faire s'entrechoquer deux ou trois coups de plus les choppes qui produisaient un son qu'elle même qui était sobre trouvait insupportable. « LALALALAAAAA ! » Elle ricana un bon coup devant l'allure du maltraité puis retourna au comptoir où elle déposa les récipients puis en rempli un nouveau qu'elle amena directement au pirate. « Mais j'sais bien qu'ten a jamais assez. » lui déclara-t-elle d'une voix mielleuse en s'asseyant en face de lui. Elle lui déposa le verre devant lui, sans prêter attention au fait que la taverne était désormais vide après son concert privé. Si certains avaient râlé, Joan ne se sentait pas en danger. Les pirates savaient désormais bien qu'elle était l'un des points principaux de l'Île et que sans elle la taverne ne se ré approvisionnerait pas toute seule. Et puis si parfois certains s'essayaient à la provoquer, avec raison ou non; le matin ils étaient bien trop malades pour avoir envie de faire quoi que ce soit ! C'était à peine si ils arrivaient à se mettre sur leurs pieds ! Chose que Jamie avait effectué avec succès. « J'suis impressionnée, tu tangues un peu moins que d'habitude ! » Pour l'embêter un peu plus, elle lui donna un coup de poing amical et forcené dans l'épaule. Une femme si délicate ! « Alors belle gueule, qu'est-ce-qui t'amène ? J'te jure que c'pas moi qu'ai ton chat ! »



₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________


Queen of the whispers
R I S E D    F R O M    T H E    A N A R C H Y
✤ Change, moments move you on, our glory days are numbered. You're the one two count my love. And oh, our minds are full of freedom. We're in a world where we all come alive. And oh, when love becomes the reason. We fly with kings tonight and come down with an Empire of our own.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Jamie Wellington
₪ Capitaine du Wimpo-Wimpo


₪ BOUTEILLES À LA MER :
125
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Johnny depp
₪ ALTER EGO :
//
₪ PHRASE FETICHE :
Dead Men Tell No Tales
MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Ven 10 Juin - 22:51


Nothing Else Matters

Comme pour me donner raison, je pris la décision de rester ici, à la Corne Noire. Après tout, je n'ai pas fait tout ce chemin pour rien, enfin, c'est surtout que je n'avais plus la force de prendre la route. Assis sur cette chaise en bois, c'était une très bonne idée, je pourrais même finir ma nuit sur cette table. Je fermais les yeux, juste un peu, juste pour reposer mes yeux, en soi, ce n'est pas vraiment dormir. Je reposais juste mes yeux ! J'émergeais peu à peu de ma somnolence, mes yeux me piquaient, bien qu'ils soient toujours clos et mes sens étaient engourdis. D'accord, j'étais en très bonne voix pour rendormir, m’étaler de tout mon long sur la table encore collante d'une soirée bien arrosé, oui, j'aurais pu... Mes yeux s'ouvrir brusquement sur le visage de la Blondie. Je ne l'avais même pas vue en arrivant, cette femme faisait partie des meubles et ne plus faire la différence entre elle et le comptoir me paraissait normal. C'est aussi normal que de voir une chèvre mâcher le chapeau d'un pauvre ivrogne. De ses deux mains elle faisait un bruit monstre et en regardant de plus près, je compris qu'elle n'était pas vide. Le bruit était provoqué par le claquement de deux choppes et vide qui plus ait ! Puis, avec sa voix à peine criarde, elle se mit à hurler : « YOHOOOOO, BONJOUR CAPITAAAAINE ! T'ES BIEN MATINAL APRES C'QUE T'AS AVALÉ HIER SOIR ! T'AS PERDU UN GARS OU QUOI ? ». J'étais tout entier pris par le désespoir et si elle n'arrêtait pas se vacarme ? Et si elle continuait pendant des heures et des heures. Je soupirais devant cette idée et devant la tavernière qui ne cessait de faire du bruit. Et elle continuait, haut et fort : « LALALALAAAAA ! », je préférais subir le supplice de la planche ou être jetés aux requins de l’insociable, au moins, j'ai plus de chance de mourir et donc, de ne plus subir ce bruit assourdissant. Ma tête allait exploser, trop de bruit, trop de lumière, trop de tout !

La Blondie se mit à rire de bon cœur et arrêta de me torturer. Je grimaçais de soulagement, enfin... Le silence ! Je connaissais son fond mauvais, mais là, elle avait déclaré une guerre qu'aucun que nous deux ne pourraient arrêter. Mais pas aujourd'hui, demain ou peut-être après demain. Je massais mes deux tempes et aperçus une chope remplit à ras bord se poser sur ma table. Un large sourire se dessina sur mes lèvres. Demandait-elle une trêve ? Ou voulait-elle m'acheter avec sa voix mielleuse ? Blondie prit le siège qui se trouvait devant moi et tout naturellement, elle entama une conversation. Je n'étais pas très frais, mais je pouvais bien faire ça. « J'suis impressionnée, tu tangues un peu moins que d'habitude ! » et comme-ci que ça ne suffisait pas, la tavernière, à peine aimable, me donna un coup-de-poing dans l'épaule. J'aurais du, juste par principe, lui rendre le coup, mais mon bras ne voulait pas obéir et puis, cogné une femme, c'est toujours une mauvaise idée. Premièrement, je me ferais étriper par les Amazones. Deuxièmement, je serais banni de ma taverne et ça, c'est hors de question. Je préférais donc, de ne pas lui répondre et de juste lâcher des onomatopées en forme de A.

Je pris une bonne gorgée et poussai ma bière pour qu'elle aussi puisse boire. Elle est tavernière, pas bonne sœur. « Alors belle gueule, qu'est-ce-qui t'amène ? J'te jure que c'pas moi qu'ai ton chat ! », une vrai petite comique celle-là ! Un sourire mesquin apparut sur mon visage et avant même de prendre enfin la parole, je repris une gorgée : « Je t'ai accusé qu'une seule fois et toi, tu me ressors cette histoire constamment. Celui qui t'a dit que radoter comme une vieille grand-mère était un bon moyen pour charmer un pirate n'est pas ton ami. Je dis ça pour ton bien moi ». J'étais fière de mes bêtises et je le cachais que vainement. Je mis ma chaise sur deux pieds et tout en me balançant, je me décidai enfin à lui répondre : « Je cherches l'homme à la mémoire, il doit me dire ce qu'il s'est passé hier soir, c'est capital... », puis, avant même de me remettre droit sur ma chaise, je lui posa une question : « Par hasard, j'aurais dansé hier soir ? ».
₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________



Si vous arrivez à monter ici, sans utiliser de corde, je pourrais éventuellement envisager qu'on puisse partir en mer ! J'ai bien dit, éventuellement ! © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Joan Sheppard
₪ Tavernière


₪ BOUTEILLES À LA MER :
104
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Katheryn Winnick
₪ PORT D'ANCRAGE :
Tapioca
₪ STATUT SOCIAL :
Tavernière de l'Île, commercante des secrets d'Ivrognes et des rumeurs inventées.
₪ PHRASE FETICHE :
Psst, un secret contre une pièce ?
MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Lun 20 Juin - 16:02


Nothing Else Matters


Séduire ? « Oh t'en fais pas, j'ai d'autres cordes à mon arc ! » Elle lui rendit son sourire mesquin suivit d'un clin d'oeil, et s'appuya un peu plus sur la table de sorte à accentuer son grand décolleté plongeant. En effet, la plupart du temps elle n'avait même pas besoin de parler pour ramener un homme dans son lit. Avantage de côtoyer des hommes saouls ou non, un homme restait un homme de toute façon. Bien que Jamie ne fasse pas parti de sa liste. « Oooh... Je vois... L'homme à la mémoire... » Elle acquiesca de la tête d'un air solennel, et se redressa pour s'avachir contre le dossier de sa chaise. « Non, je ne l'ai pas vu. Si il n'a pas le droit de boire, pourquoi il resterait dans la taverne jusqu'à l'aube ? C'est presque une torture ! » Elle attrapa la bière pour boire une gorgée à son tour, et la reposa au milieu de la table.  « Mais moi, j'peux te dire ce qu'il s'est passé. » ajouta-t-elle fièrement comme une enfant. Ce qui était bien avec le capitaine, c'était qu'ils étaient surement aussi fous l'un que l'autre. De quoi alimenter des conversations sans aucun sens durant des heures, sans jamais s'ennuyer. « Si t'as dansé ? Hahaha, t'as même fini debout sur le comptoir à valser avec Clive.  » Elle ria d'un air moqueur. Réalité ou fiction ? Mystère... Mais c'était ca, de parler avec Joan. On savait jamais vraiment la vraie version. Peut-être avait-il fait pire, ou pas, mais seule elle le savait. Mais la tête de Jamie entrain de réfléchir à la nuit dernière valait tout l'or du monde. Et puis, ce qu'elle avait vu aussi était sans prix.

La Taverne était dans un état pitoyable. Franchement, ca donnait pas envie de faire le ménage. Un dégout s'inscrit sur son visage quand elle regarda les alcools collants renversés sur la table d'en face, avec des mouches qui virevoltaient au-dessus de l'assiette de grumeaux collés et durcis. Non, c'est définitivement pas elle qui s'y collerait. Fallait qu'elle se trouve une excuse. Soudain, une idée lui vint en tête. « Tiens d'ailleurs en parlant de perdre la boule, j'ai peut-être un truc qui peut t'intéresser. » Joan se leva et appela Célestin pour qu'il lui apporte une belle bouteille scellée et qui donnait des impressions de raffinement. Elle la déposa sur la table, et présenta son produit. « Tu vois cette bouteille ? C'est du Rhum qui vient directement des Amériques. Cannes à sucre pures. Vieilli en fût, un goût inestimable qui arrache les papilles. J'en ai reçu une cargaison de trois douzaines avant-hier. » Elle s'accouda de nouveau sur la table et, avec son entrain habituel pour les affaires sérieuses, se mit à le fixer. « Si tu me fais faire un tour en mer, c'est à toi. » La tavernière ne ratait jamais une occasion pour vendre ses produits ou faire des paris. Quand bien même en plus de cela, Jamie était l'un des plus adorateurs de Rhum qu'elle connaisse. Le client parfait, en somme. En guise d'échange, elle avait une proposition très particulière en tête. Joan avait toujours voulu partir en mer sur un bateau pirate aux côtés de son frère. Mais Ace Spades refusait catégoriquement de la laisser monter à bord. Pas qu'elle s'ennuyait à la taverne, non loin de là, la Corne Noire était le bien le plus précieux qu'elle possédait. Mais la blonde rêvait de partir à l'abordage de navires et vivre le vrai goût des chasses aux trésors. Elle avait déjà fait part à Jamie de ses envies, et là c'était l'occasion parfaite pour le faire céder. Elle ne demandait pas à faire parti de l'équipage, pas rester des mois entiers sur le bateau. Juste une journée, juste une journée pour connaître le quotidien d'aventures des forbans et participer au pillage des navires. « Alors, t'en dis quoi l'danseur étoile ? »


₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________


Queen of the whispers
R I S E D    F R O M    T H E    A N A R C H Y
✤ Change, moments move you on, our glory days are numbered. You're the one two count my love. And oh, our minds are full of freedom. We're in a world where we all come alive. And oh, when love becomes the reason. We fly with kings tonight and come down with an Empire of our own.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Jamie Wellington
₪ Capitaine du Wimpo-Wimpo


₪ BOUTEILLES À LA MER :
125
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Johnny depp
₪ ALTER EGO :
//
₪ PHRASE FETICHE :
Dead Men Tell No Tales
MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Sam 25 Juin - 19:30


Nothing Else Matters

Je reste assis là, à observer ce qui m'entoure, à sentir l'odeur de transpiration et à subir les effets indésirables de l'alcool. Je me contente de souffrir en silence, et même si la Blondie me maltraite ouvertement, je préfère la laisser faire. Ce n'est pas parce que je ne suis pas capable de lui donner une petite correction, je le pourrais, si je le voulais et là, je décidais de la laisser gagner. Vous ne me croyez pas ? Bon très bien, j'étais trop épuisé pour faire quoi que ce soit. Tout ce que je pouvais faire, c'était de grogner, de grommeler, même parler devenait difficile. Avez-vous déjà eu la paresse de respirer ? Parce que c'était exactement mon état d'esprit, remplir mes poumons d'air, c'est fatiguant. Par chance, la tavernière arrêta son vacarme et me laissa en paix, enfin, pour un très court instant.

Très rapidement, sous le coup d'une blague vraiment très drôle, la Blondie se mit en tête de me montrer une autre de ses qualités, à entendre ici, de vanter ses mérites. « Oh t'en fais pas, j'ai d'autres cordes à mon arc ! », elle afficha un sourire mesquin suivit de très près d'un clin d’œil. Ensuite, l'air de rien, elle s'appuya légèrement sur la table, ce qui laissait entrevoir son joli décolleté. Mes yeux louchèrent dessus. J'ai beau être un pirate qui ne viole pas les femmes, je reste un homme et qui plus ait, ayant les yeux baladeurs. Et je n'allais sûrement pas manquer l'occasion d'assister à un tel spectacle et en plus, je ne risquais pas de me prendre une baffe. Quel genre de femme serait-il sinon ? Une aguicheuse qui joue après les effarouchés. Non, ce n'était pas le genre de la Blondie. Enlevant mon sourire béas et changeant de sujet – on ne sait jamais – je lui posai la question qui me taraudait l'esprit. « Non, je ne l'ai pas vu. S'il n'a pas le droit de boire, pourquoi il resterait dans la taverne jusqu'à l'aube ? C'est presque une torture ! » , elle prit à son tour la bière qu'elle venait de m'offrir et la reposa. C'était vrai, une véritable torture que lui seul pouvait subir. Sans alcool, il est déjà incontrôlable, alors avec, c'est quasiment impossible de le maîtriser. Et puis, il était le seul à savoir écrire ! En plus de tout le reste, j'ai besoin qu'il est l'esprit claire pour tout me raconter, mais on dirait que cette fois-ci, j'aurais besoin d'une autre personne. « Mais moi, j'peux te dire ce qu'il s'est passé. Si t'as dansé ? Hahaha, t'a même fini debout sur le comptoir à valser avec Clive. », puis, elle s'esclaffa. J'étais prêt à croire à tout et n'importe quoi, mais là, c'était vraiment n'importe quoi. Clive était le roi pour garder le contrôle de lui-même. Lui boire ? La Blondie pouvait voir mon scepticisme et j’ajoutai : « J'ai demandé ce qu'il s'était vraiment passé, pas un de tes fantasmes ! ».

Je continuais à boire le contenu de ma chope et observais la Blondie travailler. Elle faisait enfin quelques choses de ses dix doigts ! Je m’attirais de tout mon corps lorsqu'elle reprit la parole : « Tiens d'ailleurs en parlant de perdre la boule, j'ai peut-être un truc qui peut t'intéresser. » Qui perdait la boule ? Personne ne perdait la boule ! Non, c'était juste un petit blanc de rien du tout. Puis, la tavernière, avec sa voix toujours aussi « mélodieuse » appela son larbin aux grandes oreilles. Dans ses mains, il s'y trouvait une bouteille scellée et c'est la Blondie qui me présenta ce nectar. « Tu vois cette bouteille ? C'est du Rhum qui vient directement des Amérique. Canne à sucre pur. Vieilli en fût, un goût inestimable qui arrache les papilles. J'en ai reçu une cargaison de trois douzaines avant-hier. Si tu me fais faire un tour en mer, c'est à toi. » D'un coup de baguette magique, je me remis droit sur ma chaise, j'étais belle et bien intéressé. Je pris la bouteille entre mes mains et l'inspectai de plus près. Tout homme à son pêché mignon, le mien était le rhum. « Alors, t'en dis quoi l'danseur étoile ? », je lui souriais, elle savait pertinemment que j'accepterais. Toutefois, mon instinct me dictait de ne pas la croire, je la connaissais bien cette blondie ! Pourtant, je décidai de lui faire confiance. Je tendis ma main et annonçai clairement : « Un tour en mer contre ta précieuse cargaison ! Marché conclus. ».

J'avalais culs sec le reste de ma chope, adressa un sourire complice à la tavernière et remit mon tricorne sur la tête. « Tu devrais déboutonner un peu ton décolleté, sinon, les hommes risqueraient de ne pas vouloir se réveiller, surtout pas pour tes beaux yeux. », je lâchais un rire étonnement gras avant de continuer : « J'aurais essayé ». Et alors que je me mettais debout, je lui posai la question la plus importante de toute sa vie : « Tu es prête à vivre le grand frison matelot ? »
₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________



Si vous arrivez à monter ici, sans utiliser de corde, je pourrais éventuellement envisager qu'on puisse partir en mer ! J'ai bien dit, éventuellement ! © .bizzle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Joan Sheppard
₪ Tavernière


₪ BOUTEILLES À LA MER :
104
₪ PERSONNALITE UTILISEE :
Katheryn Winnick
₪ PORT D'ANCRAGE :
Tapioca
₪ STATUT SOCIAL :
Tavernière de l'Île, commercante des secrets d'Ivrognes et des rumeurs inventées.
₪ PHRASE FETICHE :
Psst, un secret contre une pièce ?
MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   Mar 19 Juil - 22:41


Nothing Else Matters


Comme un poisson qui mordait à l'hameçon, Jamie avait accepté la proposition. Les yeux brillants d'excitation, elle poussa un cri de joie avant de serrer la main du pirate. « SUPER ON Y VAAAAA ! » Après avoir broyé le bras du capitaine, elle s'envola jusqu'à la porte. Elle ne fit pas interêt de la remarque de son partenaire, mais lui adressa un sourire taquin. « T'aimerais ça, hein ? » Non, elle ne déboutonnerait pas son décolleté. Même pour lui. Tout d'abord parce qu'il était bien assez plongeant comme ca, mais aussi parce qu'elle n'était pas folle au point de se retrouver à poil au milieu d'une bande de pirates. Même si techniquement parlant, le navire était tellement souvent mouillé à Tapioca, que ces hommes-là ne manquaient pas de femmes ou de divertissement pour devenir d’agressifs chiens de chasse. « TOTALEMENT PRÊTE CAP'TAINE ! » Elle couru jusqu'au port, comme une enfant joyeuse, laissant totalement la taverne aux mains de ses employés; et grimpa dans le Wimpo-Wimpo sans même attendre Jamie, sous les yeux intrigués des hommes d'équipages tous plus saouls les un que les autres. « Bah quoi, z'avez jamais vu une aventurière en robe ? » Pognon l'avait rejoint, comme d'habitude, et gambadait sur le bateau en donnant des coups de pattes à ceux qui tentaient de la caresser.

Vive l'aventure ! Joan & Gillian avaient toujours laissé le mystère planer concernant leur passé. Enfants d'un homme d'église et d'une noble renommée qui a du abandonner les enfants pour sa réputation; enfants d'aventuriers téméraires prêts à tout qui seraient morts en mer lors d'un combat périlleux; tous les scénarios étaient possibles et, eux seuls connaissaient cette vérité qu'ils ne divulgueraient jamais. Joan avait certes vécu des tas d'aventures, sur terre principalement, mais aussi en mer lors de son voyage jusqu'en Inde ou l'archipel du Bossu. Néanmoins, la vie de pirate ca, elle ne connaissait qu'à travers les racontars et les effluves alcoolisées des forbans venant croupir voir se fossiliser à son comptoir. Rien de très passionnant non. Mais ce qu'elle avait aussi, c'était les récits de son frère lors de ses retours de mer. Quand il lui racontait sa vie à bord aux côtés de ses confrères et son capitaine, ses aventures d'abordages et de pillages avec un entrain et une passion extraordinaire, Joan le regardait avec des yeux brillants d'admiration. Elle, elle avait le pouvoir grâce à sa taverne et les rumeurs qui s'échappaient des langues déliées; mais lui vivait la véritable action que la vie demandait.

La voilà qui foulait enfin les planches d'un bateau sans finir par se faire jeter en mer. Le bateau était encore à l'arrêt, mais elle ne pouvait s’empêcher de courir dans tous les sens. Elle s'imaginait déjà rencontrer un navire ennemi et participer à l'abordage, au pillage et à la satisfaction de voler un butin. Elle n'avait qu'une envie, c'était d'enfin prendre le large. Quand elle allait raconter cette aventure à Gillian, il n'en croira pas ses oreilles ! Heureusement qu'elle avait eu des bouteilles de Rhum à échanger. Comme quoi, la boisson était toujours le meilleur des alliés. Quand Jamie arriva enfin, elle lui sauta presque dessus. « ALORS QUAND C'EST QU'ON APPAREILLE ?! »


₪ Joan Δ Jamie ₪
© Méphi.

_________________


Queen of the whispers
R I S E D    F R O M    T H E    A N A R C H Y
✤ Change, moments move you on, our glory days are numbered. You're the one two count my love. And oh, our minds are full of freedom. We're in a world where we all come alive. And oh, when love becomes the reason. We fly with kings tonight and come down with an Empire of our own.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie   
Revenir en haut Aller en bas
 

Nothing Else Matters Δ Joan/Jamie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (M) JAMIE DORNAN ✧ demeure d'arthur.
» Jamie + J'aime les moches parce qu'on se les fait pas piquer!
» (m) - JAMIE DORMAN ou PAUL WESLEY || Have Fun
» (M & M) JAMIE DORNAN (Forum OUAT) & IAN SOMERHALDER (City à Paris)
» Jamie + J'aime les moches parce qu'on se sent beau à côté.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Raging Oceans :: La Taverne-